Qui est-il donc celui-ci ?

Corps du Christ, amen!Sur le chemin de la vie, nos fortunes diverses nous conduisent nécessairement à la rencontre personnelle de Dieu. Et c’est bien ainsi que se construit notre relation à Dieu ou notre religion. Aussi, qu’il y ait des prétentions à s’identifier athée, ceci n’est qu’un positionnement par rapport à Dieu. Notre croyance en Dieu, au-delà du ouï-dire à son sujet, se consolide dans nos légitimes questions, à travers les diverses expériences de la vie. L’émouvante parabole de la vie de Job en est une belle illustration. La vie de Job est rythmée par une triste succession de malheurs. C’est vraiment la catastrophe pour le fidèle de Dieu : Désastre économique avec un troupeau décimé, deuil et affliction pour la perte de ses proches, épreuve de maladies puantes et honteuses sur son corps… Job est loin de vouloir se détourner de son Dieu malgré l’insistante invitation de ses proches, à maudire Dieu et à mourir.
Le passage du livre de Job soumis à notre méditation aujourd’hui, est la réponse de Dieu à son fidèle. « Qui donc a retenu la mer avec des portes…? » Dieu enseigne ici que s’il peut régner sur ces puissances naturelles dont les forces dépassent infiniment celles des humains, il peut bien davantage encore dompter et diriger le destin humain.
L’évangile du jour nous raconte un compagnonnage de Jésus et de ses disciples au tournant d’un péril en mer. Ici, Jésus montre à ses amis qu’il est détenteur de la puissance capable de dompter les forces naturelles. « Qui est-il donc, celui-ci? »
Tout une catéchèse se profile derrière l’attitude et les paroles de Jésus :
– « Lui dormait sur le coussin à l’arrière. » Jésus repose sous la garde de son Père qui ne peut l’abandonner à un quelconque péril.
– « silence, tais-toi! » Jésus n’est ni sous la domination de la peur ni dans la démonstration de sa puissance, il vole au secours du manque de foi de ses disciples : « Pourquoi êtes-vous si craintifs? N’avez-vous pas encore la foi? » Oui, frères et sœurs, de Job aux disciples de Jésus, la foi ou la fidélité à Dieu se veut la réponse à nos légitimes questions sur Dieu, le mal ou la mort. Les miracles de Dieu ou la domination des puissances naturelles n’ont pas pour but de nous installer dans une vie mortelle du passé, car selon l’apôtre Paul, « si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. » Fidèles au Christ, vivons par lui, avec lui et en lui.

Ab Patrice S.

Retour haut de page