La foi sauve…

Corps du Christ, amen!Un mendiant, aveugle, au bord du chemin, est le personnage vedette de notre XXX ème dimanche du temps ordinaire. Il porte possiblement quelque chose de chacun de nous. La vie de notre homme est articulée sur la quête de ressources financières (mendiant), la quête d’un mieux être malgré son handicap (aveugle) et sans nul doute, la quête d’une insertion ou d’une reconnaissance sociale (bord du chemin).
Aujourd’hui, les nouveaux visages de la mendicité ne sont plus seulement que matériels. Nous comptons aussi des misères morales, spirituelles ou mêmes politiques qui continuent de miner tant d’hommes et de femmes, devenus des loques humaines ambulantes, sans foi ni loi. Malheureusement, nos nouveaux mendiants prisonniers des vices organisés, sinon tolérés, déambulent dans nos rues, les mains et le cœur fermés à la possible rencontre de Jésus.
Aujourd’hui, l’aveuglement n’est plus vraiment le fait de l’âge senior. Au contraire, notre cécité ambiante qui ne se limite plus aux yeux du corps, nous plonge dans la nuit de l’ignorance ou de l’égarement spirituel. Ballotés à tout vent, nos jeunes sont la proie facile d’un prétendu mode de vie affranchie. C’est la porte ouverte aux dégâts des stupéfiants, la forte fréquence du recours au suicide et l’auto-disqualification à accueillir l’invincible miséricorde de Dieu.
Nos sociétés pourtant modernes comptent encore et encore, tant d’hommes et de femmes laissés sur le bord du chemin de la vie. Et c’est bien ici que retentit pertinemment l’appel de notre Pape François : « N’ayez pas peur d’aller, et de porter le Christ en tout milieu, jusqu’aux périphéries existentielles, également à celui qui semble plus loin, plus indifférent. »
Frères et sœurs, le Christ continue de nous solliciter sur le chemin de la vie pour notre propre salut : « Que veux-tu que je fasse pour toi? ». Le Christ, grand prêtre par excellence, n’est-il pas « capable de compréhension envers ceux qui commettent des fautes par ignorance ou par égarement »?
Seigneur, fais nous revenir du pays de nos misères, de nos cécités ou de nos exclusions. Seigneur, donne-nous confiance sur le difficile chemin de la vie afin que nous puissions marcher avec toi et avec tous.
Seigneur, fais-nous entendre ta voix de salut : « Va, ta foi t’a sauvé. »

Ab Patrice S.

Retour haut de page