Heureuse, celle qui a cru…

Corps du Christ, amen!En cet ultime dimanche de l’avent, nous célébrons la foi d’une jeune fille altruiste, vertueuse et vraiment charitable. Marie se rend avec empressement vers une région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle se met en route, elle surmonte les difficultés du chemin, elle va rejoindre sa cousine Élisabeth pour faire un bout de chemin en sa compagnie. Était-ce pour lui apporter l’assistance que requiert sa maternité en cours?
Frères et sœurs, le bien ne fait pas de bruit, le bien est porté par l’effort, la patience, la souffrance et même l’endurance. Le bien conduit souvent à s’oublier pour construire le bonheur de l’autre.
La Bonne Nouvelle de ce jour, une fois de plus, nous enseigne que nos actes parlent bien plus forts que nos paroles. À peine Marie partage ou offre sa salutation à sa cousine que les choses s’accélèrent pour célébrer les merveilles de Dieu. Marie est éloquemment célébrée par Élisabeth en ces termes : « Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Frères et sœurs, par le chemin de la rencontre de deux femmes, avec deux maternités en cours, l’évangile nous conduit à la transition des alliances anciennes et nouvelles, sur la toile de fond de la foi :
– La femme aînée sera la mère du dernier prophète de l’ancienne alliance : « Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste. »
– La jeune femme sera la mère de celui qu’elle aura le privilège de nommer : « Tu seras enceinte, puis tu mettras au monde un fils que tu nommeras Jésus. »
A-t-on besoin de souligner que Marie porte en elle le fruit de la promesse divine? Frères et sœurs, Noël est à nos portes…
Quel chemin avons-nous parcouru en ce temps de l’avent 2021?
Quelle charité continue de nous brûler de l’intérieur pour nous engager à la rencontre des autres dans le partage, la fraternité et la paix?
Quelle montagne continue d’entraver notre rencontre du Seigneur?
Marie est déjà en chemin, en voyage, en visite pour assister sa cousine Élisabeth, bien avancée dans sa maternité de grâce. Et toi, mon frère, ma sœur, vas-tu sortir de ton confort pour t’engager sur les chemins de la vie, pour permettre à Dieu de naître dans le sourire des plus faibles, des petits ou des pauvres?

Ab Patrice S.

Retour haut de page