D’un dimanche à l’autre…05

Ce que Dieu a uni…

Dans notre nature corporelle et spirituelle, l’évangile de ce XXVII ème D.T.O nous invite à célébrer l’alliance en Dieu, par Dieu et avec Dieu.
Humainement parlant, nous n’avons pas vraiment besoin de remonter à Moïse pour voir les échecs des unions matrimoniales. Un divorce où on se hait comme si on avait jamais été amoureux l’un de l’autre, du moins dans les liens d’une affection qui entrelacent, à défaut de se lier pour toujours.
Le mariage évidemment n’est pas statique. On prétend s’aimer en vivant juxtaposé, superposé ou même phagocyté. On tisse une toile d’amour incapable de résister au moindre coup de vent.
En notre époque controversée par le réchauffement climatique, on est plus colérique que tolérant, plus intransigeant qu’affable, plus inquisiteur que miséricordieux, plus solitaire que solidaire, en somme plus instable que stable. C’est à nous que l’actualité de la Bonne Nouvelle laisse entendre ceci :
Il n’est pas bon que l’homme soit seul
L’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme
Tous deux ne feront plus qu’un
A dire vrai, le dernier verset de la lettre aux hébreux m’a sérieusement bouleversé : « Jésus n’a pas eu honte de nous appeler ses frères ! » Quand les époux en viennent à la question du divorce, ne devraient-ils pas se laisser dire ce verset de notre salut ?

Tout compte fait, de la nature corporelle élevée à la nature spirituelle, Jésus nous renvoie à bien plus haut que Moïse. Ainsi conclut-il, « ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. »
Ça peut-être une parole blessante ou douloureuse pour les divorcés remariés. Ça peut-être une parole de consolation pour les couples en survie malgré les échecs ou autres difficultés. Ça demeure un appel à la sainteté !
Je crois que Jésus veut nous faire bien comprendre que dans un mariage où Dieu a pris place, le couple se réalise fondé sur le trépieds : Dieu-Homme-Femme, Et quand Dieu entre dans toute vie, à l’instar de celle d’un enfant, la vie reste ouverte aux bénédictions, à la miséricorde et à l’amour de Dieu,

Bon dimanche à tous, Je vous aime.

Retour haut de page