C’est parti!

Corps du Christ, amen!La quatrième lettre pastorale de notre évêque nous engage dans la nouvelle année pastorale 2021-2022. Cette fois-ci, c’est parti avec trois verbes d’action et de foi, pour rester à l’écoute (disciples), ensemble et debout (missionnaires) malgré les vagues de la pandémie en cours : Écouter, Accompagner et Témoigner.
Écouter
En personnifiant Israël, Moïse rejoint chacun de nous, auditeurs de la parole de Dieu, par la nécessité de cet impératif : « Écoute! »
Quand on connaît le vacarme ambiant qui nous dicte la loi du plus fort à se faire entendre, quand notre environnement nous accable avec tant de nuisances sonores dommageables tant pour notre santé physique, morale ou même spirituelle… Les « conspirationistes » ont manqué leur coup avec l’avènement de l’an 2000, les « complotistes » ont délibérément choisi de n’entendre que le son de la contestation malgré les vagues meurtrières de la pandémie en cours. Ce qui nous est donné à entendre aujourd’hui, dans le foisonnement de la communication tout azimut, avouons-le, fait aussi de nombreuses victimes. L’imagination est fertile, les montages sont pittoresques, le malin rivalise le divin et la voix du créateur ne peut être que menacée d’étouffement ou de travestissement.
Oui, frères et sœurs, Moïse nous fait entendre clairement ceci dans le livre du Deutéronome : « Vous garderez les commandements du Seigneur votre Dieu tels que je vous les prescris. »
Accompagner
Que de faux accompagnateurs nous pressent ou nous oppressent encore aujourd’hui selon Jésus : « Malheureux êtes-vous… vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand c’est arrivé, vous faites de lui un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous! »
Notre Dieu, notre Père, ne nous autorise pas à l’isolement ou à une quelconque privatisation ou accaparement ni de lui ni de sa grâce. Selon l’épitre de Jacques, « Il a voulu nous engendrer par sa parole de vérité, pour faire de nous comme les prémices de toutes ses créatures. » Loin de se limiter à l’incomparable supériorité du commandement de Dieu sur la sagesse humaine, nous percevons ici que la Parole de Dieu nous engendre à une vie nouvelle. En plus d’être écoutée, la parole de Dieu nous engage à accompagner ou à « visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse et à se garder sans tache au milieu du monde. »
Témoigner
Encore aujourd’hui plus qu’hier, du bout des lèvres, beaucoup de gens portent louange à l’évangile de Jésus. Beaucoup de gens s’agrippent à un pan de l’évangile pour ensuite surfer sur leur propre talent à des fins bien loin de Dieu. Ainsi, bien souvent, le loup est dans la bergerie menaçant tant le berger que les brebis. Autrement dit, selon le prophète Isaïe : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. »
Frères et sœurs, faisons de notre nouvelle année pastorale, une marche ensemble (marche synodale) où « L’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres, ou s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins. » Audience du pape Paul VI, 02 octobre 1974.

Ab Patrice S.

Retour haut de page