Choisir l’amour pour vivre…

Corps du Christ, amen!Envers et contre tout, le chant de l’amour fait son chemin dans le cœur des humains. On s’estime, on se fait des amis, on fraternise et la cerise sur le tout de nos relations humaines, on se marie, et les réseaux sociaux sont encore et toujours inondés de belles images des noces récentes ou des noces jubilaires.
Oui, choisir de se marier, c’est choisir de vivre au tempo de l’écriture : « À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. »
Au nom de l’amour et par respect pour le Christ, soutient l’apôtre Paul, les conjoints sont invités à être : « soumis les uns aux autres ». Désormais, le modèle de l’amour du Christ nous pend au nez : « Le Christ a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, afin de la rendre sainte en la purifiant… il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, rien de tel, il la voulait sainte et immaculée. » Quel amour?
Oui, frères et sœurs, c’est l’amour qui fait tourner le monde sur le bon bord. En effet, le prophète Josué, dans la première lecture a conduit le peuple à bien dessiner les traits de l’amour de Dieu en sa faveur : « C’est le Seigneur qui nous a fait monter du pays d’Égypte, cette maison d’esclavage, il a accompli tous ces signes et nous a protégés… » Ainsi, le peuple, sérieusement et définitivement, mu par l’amour, a fait le choix de vivre avec Dieu : « Nous aussi, nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu. » Le « oui » du peuple à Dieu, en cette heure solennelle, sera porté par l’invincible miséricorde de Dieu dans les moments d’aveuglement, d’endurcissement ou de retranchement. C’est le « oui » qui ne retire jamais sa parole et qui s’en remet au mystère de l’amour.
C’est le « oui » que nous avons professé à notre Baptême, en disant « Je crois » en Dieu.
Frères et sœurs, nous cheminons avec le Christ-le Pain de vie, dans la foi, l’espérance et la charité. Quotidiennement, nous avons à opérer des choix en cohérence avec notre foi et notre espérance, nous avons à aimer à la lumière de l’amour du Christ, nous avons à suivre librement le Christ…
Sommes-nous habités par la réponse de l’apôtre Pierre : « Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »
Bon dimanche.

Ab Patrice S.

Retour haut de page