Où sommes-nous enracinés ?

Pandémie et liturgie…Au fil des dimanches de pâques, le ressuscité nous ouvre au fabuleux mystère qui nous unit à lui : « Moi je suis la vigne, et vous, les sarments. »
La nouvelle alliance scellée dans la mort et la résurrection du Christ trouve ici dans l’image de la vigne, du vigneron et des sarments, une catéchèse édifiante. Autrement dit, la parabole de la vigne nous conduit essentiellement et admirablement à l’enracinement qui doit être le nôtre. À qui sommes-nous unis, dans la vie ou la mort ?
Dans le livre des actes des apôtres, « Saul avait vu le Seigneur » nous rapporte Barnabé. Cette apparition du ressuscité va énormément compter dans la vie de Saul. Désormais apôtre de la nouvelle alliance, Saul le nom juif ou Paul le nom romain, par les soins de l’imposition des mains de Ananias, accompagné par Barnabé et d’autres témoins de la résurrection, deviendra l’instrument que le ressuscité s’est choisi pour se faire connaître aux nations. Ainsi, le persécuteur d’hier est devenu un intrépide et authentique sarment de la vigne du Seigneur.
Témoin de la résurrection, bien vite, la vie de Paul est menacée : « Il parlait aux juifs de langue grecque, et discutait avec eux. Mais ceux-ci cherchaient à le supprimer. » Encore aujourd’hui, l’Église peut être méfiante envers les nouveaux convertis ou des convertis venant d’ailleurs. Encore aujourd’hui, ce qui compte, c’est l’enracinement du converti.
C’est bien le lieu de nous interroger sur notre propre enracinement dans la nouvelle alliance que le ressuscité veut partager avec nous. Nous qui sommes si souvent ballotés par nos humeurs, nos intérêts ou les circonstances du moment de la vie. Qu’est-ce qui prédomine en nous ? La confiance en la grâce de Dieu avec nous, par nous et en nous, ou la méfiance de nos petits calculs ?
Si nous sommes vraiment enracinés dans la grâce de l’événement pascal, si nous sommes vraiment sarments de la vigne du ressuscité, si nous sommes des disciples – missionnaires unis à Dieu : « Si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. » Comment se manifeste mon enracinement en Dieu quotidiennement ? La foi en Dieu ! La fidèle prière ! Le travail sanctifiant ! La charité active ! Le pardon donné ou reçu ! La vivante espérance !
Le ressuscité nous dit aujourd’hui : « Si vous demeurez en moi, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. »

Ab Patrice S.

Retour haut de page