Nous y sommes!

Corps du Christ, amen!Voici cinquante jours que nous proclamons et célébrons la lueur du cierge pascal, la résurrection du Christ!
Cinquante jours que nous chantons « Alléluia, alléluia »; Dieu soit loué!
Cinquante jours après Pâques, nous entrons, frères et sœurs, dans l’ère de la mystérieuse personne en Dieu : Le Saint Esprit!
Promis par Jésus à ses disciples : « Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre défenseur qui sera pour toujours avec vous. »
L’Esprit Saint est nommé le défenseur, le paraclet, celui dont la présence est variée en ses formes d’expression :
1 – Un violent coup de vent ou une langue de feu en action dans le récit de notre première lecture. « Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. »
En tant que vent de tempête, vous conviendrez avec moi que l’Esprit s’accorde la liberté de son action : « L’Esprit souffle où il veut; tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. » Jn 3,8
En tant que langue de feu, je note que l’Esprit se pose sur chacun de ceux et celles qui « se trouvaient réunis tous ensemble ». Il s’ensuit que la parole des porteurs de langue de feu enflamme le cœur de tous leurs auditeurs. C’est une parole qui touche en plein cœur, une parole sans frontières.
2 – Une douce inspiration intérieure selon l’épître de Paul aux romains. « C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre Esprit que nous sommes enfants de Dieu… »
L’Esprit Saint se met en mission pour nous pousser à nous affranchir des dettes de la chair. « Nous avons une dette, mais elle n’est pas envers la chair pour devoir vivre selon la chair. » Qui de nous ne connaît pas la quête effrénée ou insatiable des biens terrestres, périssables, souvent humiliants mais toujours fascinants… Ne faisons pas non plus de mystère sur nos illusions de religieux orgueilleux ou en proie à de possibles vanités.
La douce inspiration du Saint Esprit nous veut libres et au service de ce qui nourrit et élève notre filiation divine : « Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils, et c’est en lui que nous crions « Abba » c’est-à-dire : Père! »
En cette pentecôte 2022, sommes-nous au rendez-vous de l’interprète du Christ? Sommes-nous au rendez-vous de la lumière de l’évangile? Enfin, sommes-nous au rendez-vous de l’amour du Père, et du Fils, et du Saint Esprit?
Viens Esprit Saint en nos cœurs, envoie du haut du ciel, un rayon de ta lumière…

Ab Patrice S.

Retour haut de page