L’heure est venue…

Notre cinquième dimanche de carême est ponctué par de nombreuses références au temps. En effet, à quinze jours de Pâques, le prophète Jérémie nous découvre le projet de Dieu, qui, en réalité, veut établir une nouvelle forme d’expression dans son alliance avec son peuple : « voici venir des jours où je conclurai avec la maison d’Israël une alliance nouvelle ».
Dans les jours passés, Israël a rompu unilatéralement son mariage à Dieu : « mon alliance, c’est eux qui l’ont rompue alors que moi, j’étais leur maître. » Ainsi, sans être vraiment une autre alliance, la nouveauté de l’alliance de Dieu s’entend ainsi : « Je mettrai ma loi au plus profond d’eux-mêmes; je l’inscrirai sur leur cœur. »
La nouveauté de l’alliance est un glissement de l’instruction qui consistait à apprendre des observances, à la culture qui imprègne la vie, la culture capable de nourrir les réflexes authentiques propres aux fils et aux filles de Dieu : « Je serai leur Dieu, ils seront mon peuple. »
Le modèle achevé de cette nouvelle alliance, selon la lettre aux hébreux, c’est le Christ. « Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance » En effet, la fidélité à la nouvelle alliance, le Christ nous l’enseigne « pendant les jours de sa vie dans la chair ». Oui, frères et sœurs, disciples du Christ, faisons du temps, notre allié sur le chemin de la vie. Dans l’obéissance à Dieu, le temps n’est pas notre adversaire. Et même si la nuit de la souffrance peut paraître pesante, elle ne peut que faire place à la lueur de la résurrection que le Christ nous garantit : « il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel. »
« Voici que nous montons à Jérusalem… »Mt 20,18. Ce verset a convié et guidé nos pas de disciples du Christ pendant ce carême. À présent, « l’heure est venue où le fils de l’homme doit être glorifié ». Autrement dit, l’heure est venue pour nous, non pas pour entendre une mystérieuse voix céleste, mais pour nous conduire à l’accomplissement qui découle de l’obéissance du Christ. Dieu veut se révéler à chacun de nous. Dieu accepte de se détacher de la vie terrestre pour inaugurer au profit de chacun de nous, la vie éternelle. L’horrible instrument de mort infâme devient un arbre de vie par l’obéissance du Christ. Oui, l’alliance de Dieu s’accomplit définitivement sur la croix du Christ : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. »
Le Christ, notre grain de blé, a-t-il été semé profondément dans le jardin de notre vie? Durant ce carême, à quoi le Christ nous a-t-il fait mourir? En dépit des difficultés que nous impose la pandémie en cours, avons-nous cherché à voir Jésus durant ce carême, avons-nous levé les yeux vers la croix du sauveur?
Désormais, nous sommes à Jérusalem, ne perdons plus le temps!

Ab Patrice S.

Retour haut de page