L’Épiphanie en trois questions :

Corps du Christ, amen!– Les mages étaient-ils des rois ? Non, ils étaient des mages, des sages selon l’étymologie grecque (µαyoi), des chercheurs de Dieu. Au 3ème siècle, avec Tertullien, on leur a façonné une origine royale dans leur rapport entre le Roi Hérode et le Roi des Juifs qui venait de naître.
– Les mages étaient-ils trois ? On ignore leur nombre. On en retient trois pour la symétrie avec leurs trois présents : l’or, la myrrhe et l’encens. On va même jusqu’à les identifier : Melchior (blanc – Or), Gaspar (rouge – Encens), Balthasar (Noir – Myrrhe)
– Les mages étaient-ils astrologues ? L’astrologie est-elle compatible avec la foi catholique ? Rien de sûr… Philosophe ou astrologue ? Selon le livre du Deutéronome 18, 10-12 « On ne trouvera chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui scrute les présages, ou pratique astrologie, incantation, enchantement, personne qui use de magie, interroge les spectres et les esprits, ou consulte les morts. Car quiconque fait cela est en abomination pour le Seigneur »
Quelles conséquences pour toi et pour moi aujourd’hui, chercheurs de Dieu et célébrants de l’épiphanie 2022:
1- A l’instar des mages, chercher Dieu, nous fait partir toujours de quelque part et nous engage à faire un chemin et surtout à abandonner les chemins du passé éloignés de Dieu. Par exemple, de la religion traditionnelle à la foi catholique, qu’est-ce que j’ai abandonné ? Du célibat au mariage, qu’est-ce que j’ai abandonné ? Sur quel chemin, je mène ma vie chrétienne depuis mon baptême ?
2- Ai-je recours à la sagesse, à la vérité ou à la lumière de la parole de Dieu dans mes égarements ? Attention, ce qui est premier, ce n’est pas le directeur spirituel ou les prétendus pasteurs, bergers ou nouveaux maitres spirituels; vautours voraces. Pratiquons la parole du Seigneur car selon le psalmiste « La parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier. » Ps 119,105
3- Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Soyons de vrais adorateurs de Dieu. Abandonnons nos idoles taillées sur mesure, les idoles enivrantes de nos convenances, les idoles de nos esclavages du péché. Apprenons, nous aussi, à tomber aux pieds du Seigneur dans l’adoration, la louange et la prière.
Vous ai-je dit que votre amour ne peut être que réponse à l’amour de Dieu ? Paix et bien en 2022.

Ab Patrice S.

Retour haut de page